Tests psychologiques : dans la jungle de Jung

La vidéo plante le décor, mais essayons d’aller plus loin :

Il y a près de 70 tests de personnalités différents sur le marché français. Vous en avez sans doute déjà passé un lors d’un processus de recrutement. Ils ont tous 2 points en commun :

  1. Ils proviennent de près ou de loin des travaux du psychanalyste Carl Jung (années 1920, on prononce Young)
  2. Ils estiment tous avoir trouvé le secret pour classer les humains par types de personnalité.

Comment s’y retrouver dans cette jungle ? L’adaptation à l’autre peut-elle devenir une science exacte ?

Voici mon expérience :

En passant le test Process Comm, j’ai été déclaré « Travaillomane », et en lisant la description du travaillomane, je me suis franchement reconnu. Puis j’ai passé le test Insights, et j’ai appris que j’étais un « Vert ». Et là aussi, en découvrant le profil du vert, je me suis aussi reconnu. Enfin, le test HBDI m’a dit que j’étais un « ENTJ ». Et là pareil, la justesse de la description m’a frappé. Puis la PNL m’a déclaré entre autres auditif, mismatch, avec un schéma de référence interne. Là encore, j’étais d’accord.

Bilan des courses : j’étais perdu. Trop d’info tue l’info. Et je n’ai passé que 3 tests !

Il y a de quoi s’arracher les cheveux, car il y a plus de 70 tests recensés sur le marché français, qui donnent chacun une moyenne de 6 profils.

Les combinaisons sont donc infinies.

Et pourtant l’enjeu est immense! : Le mythe du caméléon

junglejung0La base de la communication consiste à s’adapter à l’autre. Pour cela il faut comprendre rapidement QUI est la personne assise en face, et ce qu’elle attend.

Le rêve secret du communicant ou du vendeur : Parvenir à analyser en moins d’une minute le profil de son interlocuteur afin de s’adapter pour lui être agréable. C’est le mythe du caméléon.

Dans cette hypothèse, le communicant aguerri peut se transformer à souhait, pourvu que cela déclenche de la sympathie et de l’adhésion chez l’autre. Il peut lire dans l’autre comme dans un livre ouvert en observant ses yeux, son corps, son vocabulaire : est-ce vraiment possible?

D’après ce que j’ai pu observer sur le terrain, il existe 4 types de comportements.

le hasard fait bien les chosesLe 1er : ne rien faire

C’est ce que font la plupart des gens. Ils rentrent dans les interactions professionnelles sans couper le «pilote automatique». Leurs réactions vont être guidées inconsciemment par leur instinct. Si la situation les rend nerveux, ils vont s’énerver, si la situation les ennuie, ils vont bailler ou checker leurs mails, et si le courant passe naturellement : coup de bol, c’est merveilleux.
Ce mode de communication a le mérite d’être authentique, et peu fatiguant. Mais il nous fait passer à côté de très nombreuses opportunités, car notre instinct n’est pas toujours notre allié, en tout cas pas dans les relations professionnelles.

Le 2ème type de comportement : Choisir un modèle et ignorer tous les autres.

junglejung2La majorité des personnes qui découvrent un des modèles cités plus haut n’ont souvent ni l’occasion, ni la curiosité, ni l’argent pour aller passer d’autres tests. Ils érigent en vérité absolue le 1er modèle sur lequel ils sont tombés et vivent très heureux en classant l’humanité en 4 cases : les rouges, les jaunes, les verts, les bleus par exemple.

Cette manière de procéder est déjà plus performante que la 1ère, car il y a une recherche consciente d’adaptation à l’autre, donc une écoute plus attentive. Le « pilote automatique » est coupé. On progresse, mais on pêche trop souvent par simplification.

Le 3ème type de comportement : vouloir connaitre et utiliser tous les modèles existants.

junglejung3Très peu de gens s’y risquent car c’est un véritable casse tête. J’ai d’ailleurs cherché un livre, un article ou une thèse universitaire qui établirait une cartographie des différents modèles, en dressant les ressemblances et les divergences. Je n’ai rien trouvé. Ni en anglais, ni en français. Du coup, si vous avez quelque chose, n’hésitez pas à poster un commentaire, je suis preneur.
De toute façon, je ne suis pas certain que le jeu en vaille la chandelle. Trop d’info tue l’info.

Le 4ème comportement : Observer l’autre et se fier à son intuition

Cette technique consiste à reproduire la démarche du comédien d’improvisation théâtrale.
Au départ, dans une impro, le thème est donné par le public, et les comédiens ne peuvent rien préparer car ils sont déjà sur scène : ils doivent réussir à se comprendre quand même. Pour cela, ils développent au fil des entraînements un sens aigu de l’Ecoute : écoute des mots, des gestes, des émotions, du regard…

Cette écoute particulière leur permet de comprendre des informations avant le public et donc de le devancer de quelques secondes : c’est la magie de l’improvisation.

Ces techniques sont complètement transposables en entreprise.

Le processus est le suivant:

  1. J’Analyse : c’est-à-dire que je cherche à analyser QUI est en face de moi, non pas en suivant un modèle préconçu mais en me fiant à mon intuition.
  2. J’Accepte la personne telle que je l’ai perçue et décide de composer avec la situation
  3. Je m’Adapte, c’est-à-dire que je modifie mon comportement pour faire en sorte que le courant passe.

La limite de cette technique, c’est que nos intuitions peuvent se tromper. Sur ce sujet, je vous recommande une conférence incroyable de Dan Ariely sur Ted.com.

Le chanteur Bénabar a d’ailleurs écrit une jolie chanson sur ce sujet. Elle s’appelle «Pas du tout»

Alors que faire ?

Mon conseil est le suivant : adopter la méthode n°4 comme mode général en s’initiant aux techniques d’improvisation, et se familiariser avec quelques modèles de personnalités dominants pour avoir des repères, mais sans en faire une religion.

C’est d’ailleurs la démarche de nos ateliers Charisme Durable.

Ma conclusion, au final, c’est que l’adaptation à l’autre ne pourra jamais être une science exacte (et heureusement!).

Pas de commentaire pour l'instant.

Laisser un commentaire